- ENTREE de SECOURS -



mercredi 23 août 2017

La Chine met en place un nouveau programme de développement de l’AI (intelligence artificielle)

Anne Dolhein 
31 juillet 2017 15 h 00 min·


La Chine ne s’en cache pas : elle cherche à prendre un rôle dominant dans le domaine de l’intelligence artificielle. Le 20 juillet dernier, le Conseil d’Etat de cette grande puissance communiste a présenté son « plan de développement de l’intelligence artificielle de nouvelle génération » qui vise à permettre à la Chine de garder son avantage de « précurseur » afin de se placer comme « premier centre global d’innovation de l’AI » d’ici à 2030.

Le cadre stratégique annoncé par la Chine affiche trois objectifs conjoints : il cherche à s’atteler à la solution de problèmes clefs dans le domaine de la recherche et du développement, à mettre en place toute une série d’applications et à « cultiver » l’industrie de l’intelligence artificielle. Les leaders chinois ne font pas mystère de leur volonté de dépasser les Etats-Unis.

S’agissant d’un pays socialiste, les ambitions chinoises se traduiront d’abord par la création d’un nouveau Bureau de promotion du plan AI qui dépendra du ministère de la Science et de la technologie.

La Chine veut prendre la tête du développement de l’AI

Première étape : d’ici à 2020, la Chine veut s’assurer de tenir le rythme global de développement de l’intelligence artificielle en même temps que son industrie de l’AI atteindra un point de croissance économique notable. Au menu, les Big data, l’intelligence par essaims, l’intelligence hybride améliorée et les systèmes intelligents autonomes, l’ensemble devant représenter sur le plan industriel une valeur de plus de 22 milliards de dollars. La totalité des industries liées de près ou de loin à l’AI représenterait à ce moment-là quelque 148 milliards de dollars.

D’ici là, la Chine entend également partir à la chasse aux talents dans le domaine de l’intelligence artificielle, et se doter d’un cadre légal, réglementaire, éthique et politique. Quel peut être le cadre éthique inventé par un système communiste ? Poser la question…

L’affaire procède ensuite à la manière des plans quinquennaux avec des objectifs pour 2025 et 2030. Dès 2025, la Chine espère avoir réussi des avancées importantes permettant à l’AI de représenter l’un des plus grands moteurs des avancées industrielles du pays et de sa transformation économique. Les domaines d’application devront aller de l’industrie à la médecine en incluant aussi la Défense nationale avec une valeur de l’industrie de l’intelligence artificielle proprement dite estimée à 59 milliards de dollars (et 740 milliards pour les domaines liés).

Un programme typiquement communiste

Cinq ans plus tard, la Chine sera devenue le principal centre d’innovation de l’intelligence artificielle au monde, si tant est qu’elle puisse réussir à mettre en œuvre ses projets. Cela ira de pair avec le recours toujours croissant à l’AI dans le domaine de la « gouvernance sociale » et de la « défense nationale », avec une explosion de la valeur des industries directement ou indirectement liées à l’intelligence artificielle.

Pékin a expliqué que le recours au développement de l’AI répond à plusieurs défis : le gouvernement communiste cite la nécessité de répondre aux nouvelles exigences économiques, de gouvernance et sociétales, ce qui annonce décidément l’invasion de la vie de tous les jours par une soi-disant « intelligence » mécanisée, tout en assurant une sortie par le haut de l’actuelle stagnation de la croissance économique. Les autorités font en effet confiance à l’intelligence artificielle pour laisser éclore une nouvelle révolution scientifique et une transformation industrielle, avec à la clef une croissance pouvant atteindre 26 % d’ici à 2030. Comment refuser une telle aubaine, pour hypothétique qu’elle soit ?

D’ores et déjà, les autorités estiment que les applications de l’AI seront multiples aussi bien dans le domaine du gouvernement que dans ceux de l’éducation, de la santé et même de la justice.

La Chine prévoit d’applique l’intelligence artificielle à la défense, la sécurité et la justice

Le parti communiste chinois (autant dire le pouvoir qui s’auto-félicite) a salué l’initiative en appelant de ses vœux ce développement de l’AI qui permettra d’améliorer « l’intelligentisation » de la « gestion sociale » et la protection de la stabilité sociale grâce aux techniques d’identification biométrique ou par reconnaissance faciale avancée.

Il est clair que les annonces de développement, tout au long du plan, du cadre éthique et légal devant assurer la « sécurité » de l’intelligence artificielle s’inscrivent résolument dans le contexte de la dictature du Parti : la chose lui semble tellement naturelle que l’annonce d’une surveillance automatisée toujours plus efficace et universelle se fait déjà publiquement et sans état d’âme.

C’est dans un même esprit que la Chine présente l’intelligence artificielle comme indispensable à son rôle futur de « puissance nationale intégrale » et à son développement militaire.

L’AI, avant tout un outil pour le pouvoir chinois

Actuellement en retard par rapport à d’autres pays en ce qui concerne les algorithmes et les composantes critiques telles les puces les plus innovantes, la Chine a décidé d’œuvrer particulièrement à la recherche et au développement de l’intelligence artificielle calquée sur le fonctionnement cérébral de manière à faire survenir des « changements de paradigme ».

Elsa Kania, éditorialiste de The Diplomat, est d’avis que la Chine possède des avantages certains pour réaliser son projet, notamment à travers ses bases de données massives.

Mais la Chine entend également profiter de ce qui se fait à l’étranger, à la fois par le biais des fusions-acquisitions, des programmes d’échanges avec des universités étrangères, et par l’encouragement à l’investissement étranger en Chine, notamment par l’installation d’unités de recherche et développement d’entreprises internationales. Le monde entier travaillant ensemble à l’amélioration des outils de la soumission…

mardi 22 août 2017

Nucléaire : une chance pour notre avenir !

Demain, pour accompagner la raréfaction des hydrocarbures, les réacteurs nucléaires « à neutrons lents et rapides » constitueront un atout majeur pour produire de manière durable la chaleur et l’électricité propre.


Par Michel Gay.
 22 AOÛT 2017


La baisse inéluctable de la production des hydrocarbures, les faiblesses structurelles des énergies intermittentes du vent et du soleil, ainsi que la volonté de diminuer les émissions de gaz à effet de serre ont ajouté une nouvelle légitimité « écologique » à la production d’électricité nucléaire.

Elle constituera le socle de l’avenir énergétique de l’humanité malgré la vigoureuse opposition d’une frange militante. La Chine, les Etats-Unis et l’Inde évoquent les « énergies propres » lesquels incluent… le nucléaire.

PARLER D’ÉNERGIE GRATUITE N’A PAS DE SENS.

De toutes les qualités prêtées un peu vite aux énergies renouvelables, la plus fallacieuse est la gratuité issue d’une mystique néo-rousseauiste. Le soleil et le vent seraient offerts généreusement et éternellement par Mère Nature.

Encore faut-il capter cette énergie intermittente avec des matériels appropriés (éoliennes, panneaux photovoltaïques,…), lesquels sont chers et le plus souvent non rentables… sans subventions publiques. Ces sources d’énergies, hors l’énergie hydraulique, resteront marginales et coûteuses.

Il faut remarquer que le charbon et le pétrole sont tout aussi gratuits. Ils sortent de terre sans avoir à les fabriquer. Ce sont les moyens d’’extraction, les transports, les transformations des produits, les taxes, etc,… qui ont un coût pour aboutir à une énergie utilisable.

RÉDUIRE NOTRE CONSOMMATION ?

Pour compenser la faible production erratique des énergies renouvelables, des Verts proposent de faire baisser fortement notre consommation. Un tel retour en arrière, à supposer qu’il soit possible et accepté, entraînerait une chute du niveau de vie et une augmentation du chômage avec de dramatiques effets sociaux et humains.

L’efficacité énergétique et les économies d’énergies préconisées (louables en elles-mêmes) ne pourront que limiter la progression de la hausse de la consommation mondiale.

Des recherches tentent depuis un siècle, et sans succès, de stocker massivement et à faible coût l’énergie électrique. La réalisation d’un stockage d’électricité correspondant aux besoins d’une nation n’est même pas en vue, et ne sera peut-être jamais possible malgré les rêves éveillés de quelques-uns.

À long terme, le refus du nucléaire est voué à l’échec.

À moyen terme, sa réduction peut provoquer des dégâts importants pour une nation moderne.

Les exemples sont sous nos yeux :

– L’Espagne est en pleine déconfiture énergétique avec ses éoliennes.

– L’Italie qui a refusé le nucléaire sans avoir de ressources énergétique sur son sol, importe une part importante de son électricité de France, d’Allemagne et d’Autriche.

– L’Allemagne se repose sur le charbon de son sous-sol et sur l’importation de gaz russe qui fournissent (à eux deux) 60% de l’électricité. Et ce pourcentage va augmenter car près de 20% de son électricité provient toujours des réacteurs nucléaires…

L’ÉNERGIE NUCLÉAIRE EST LA SEULE ÉNERGIE DE PRODUCTION MASSIVE ET PILOTABLE DISPONIBLE AUJOURD’HUI POUR PLUSIEURS … MILLÉNAIRES.

En effet, les réacteurs actuels à « neutrons lents » (génération 2 et 3) consomment moins d’un centième de l’uranium naturel (0,8% aujourd’hui avec un recyclage partiel). Le reste n’est pas utilisé.

Après 2050, les réacteurs à « neutrons rapides » en préparation (génération 4) consommeront prés de 100% de l’uranium naturel et multiplieront donc par 100 les réserves utiles.

Le nucléaire deviendra alors durable puisque les réserves mondiales d’uranium connues à ce jour permettraient d’alimenter plus de dix fois le parc mondial actuel pendant plusieurs milliers d’années.

5000 ANS DEVANT NOUS

En France, le stock d’uranium dit « appauvri » résultant de la préparation du combustible actuel (dit « enrichi »), et précieusement conservé sur notre sol, permettra en 2050 d’alimenter ces centrales nucléaires de quatrième génération pendant 5000 ans (cinq mille ans !)…. sans avoir à importer d’uranium ni aucun combustible.

La civilisation industrielle connaîtra une phase d’expansion nucléaire, comme elle a connu des phases bois, charbon, pétrole et gaz.

Dans la plupart des pays, la pression de la nécessité emportera, tôt ou tard, toutes les résistances. S’opposer à cette mutation en faisant miroiter des pseudo-solutions miracles, comme le vent et soleil, malmène l’intérêt collectif en retardant les évolutions avec des arguments et des procédures dilatoires. Ce comportement ne fait que rendre plus difficile le chemin vers le développement inéluctable de l’énergie nucléaire.

Demain, pour accompagner la raréfaction des hydrocarbures, puis pour leur succéder au moins partiellement, les réacteurs nucléaires « à neutrons lents et rapides » constitueront un atout majeur pour produire de manière durable la chaleur et l’électricité propre, bon marché, décarbonée et abondante dont nos enfants auront besoin.

samedi 19 août 2017

Al Gore's Climate Film Flops - La Terre est plus froide maintenant que lorsqu'il a gagné le prix Nobel

Par Tyler Durden
18 août 2017 14h40
Via StockBoardAsset.com,

Le deuxième film de Al Gore, alarmiste du climat, "Une suite inconvénient: la vérité au pouvoir" n'a pas réussi à résonner avec les Américains.

Le documentaire est tombé à 18e au cours du week-end du 11 au 13 août, soit moins de 2,3 millions de dollars depuis sa sortie du 04 août.

Per Newsbusters.org:

La société de médias Viacom a poussé le film sur ses 700 millions d'abonnés avec "An Inconvenient Week" à compter du 31 juillet, avec beaucoup de ses réseaux de promotion du film. Son soutien au film de Gore comprenait un événement de la mairie de MTV avec l'ancien politicien. Deux jours avant le début de la promotion d'une semaine, le blog de Viacom publiait "Quatre raisons d'aller voir le film d'Al Gore's Hopeful, Compelling" dans lequel il appelait Gore "un climat" Changer le héros populaire. "

Plus tôt cette semaine, le président Trump a signé une ordonnance qui rationaliserait le processus d'approbation des projets d'infrastructure américains en éliminant la bureaucratie du changement climatique promulguée par l'administration Obama.

En 2012, le président Trump a pris l'accent sur le réchauffement climatique:

La vision du président Trump sur le réchauffement climatique est un sceptique du climat qui a mis en colère les croyants.

À notre avis, le changement climatique est juste une grande entreprise, demandez à Al Gore, dont la valeur nette en 2000 était de 700 000 $, et maintenant c'est près de 200 millions de dollars.

Retour au flop de Gore: 'Une suite inconvénient: la vérité au pouvoir' ...

Le tableau ci-dessous pourrait être la clé pour comprendre pourquoi le documentaire a totalement échoué même avec une pompe Viacom.


Selon @BigJoeBastardi à Weatherbell.com, les temps de la Terre sont plus frais maintenant que lorsque Al Gore a remporté le noble prix.


A savoir que les tâches solaires ne mentent pas ! Depuis plus de 2000 ans d'observation, chaque fois qu'il y a des tâches sur le soleil il s'ensuit 11 années de froid.

vendredi 18 août 2017

Le fait «Inconvenient»: Morgan Stanley dit que les voitures électriques créent plus de gaz carbonique qu'elles en économisent

Par Tyler Durden
18 août 2017 19h55


Pour tous les fonds là-bas, chercher à compléter leur portefeuille avec des entreprises «respectueuses de l'environnement» travaillant avec diligence pour éviter une catastrophe de réchauffement planétaire inévitable qui entraînera l'extinction de la race humaine, nous supposons que leurs obligations fiduciaires réelles ne font que gagner de l'argent Pour leurs investisseurs, Morgan Stanley a compilé une liste de la façon dont vous pouvez obtenir le plus de «guérison environnementale» par dollar investi.

Comme l'a souligné MarketWatch, il n'est pas terriblement surprenant que, parmi les 39 produits cotés en bourse, les sociétés de production d'énergie solaire et éolienne ont atterri au sommet de la liste écologique de Morgan Stanley.

Morgan Stanley a identifié 39 stocks qui génèrent au moins la moitié de leur chiffre d'affaires «de la fourniture de solutions au changement climatique», a déclaré un élément central de l'investissement pour faire une différence, par opposition à un simple gain de valeur.

"À notre avis, les investissements d'impact doivent commencer par des entreprises dont les produits et les services ont un impact environnemental ou social positif notable", a écrit Jessica Alsford, stratège d'actions de la banque d'investissement.

Il n'est pas surprenant que les entreprises d'énergie de remplacement soient classées parmi les plus élevées en termes d'impact positif, et les «cinq principaux stocks d'impact sur le changement climatique» étaient tous des fabricants d'énergie solaire et éolienne: Canadian Solar, China High Speed Transmission, GCL-Poly, Daqo New Energy, et Jinko Solar.
Tesla

Ce qui est surprenant, cependant, est que les fabricants de véhicules électriques en bourse publique, les chéris de la gauche conscient de l'environnement, ont effectivement généré plus de gaz carbonique qu'ils n'en épargnent. Comme un rappel important à nos élites politiques de gauche qui ont créé ces entreprises avec des subventions financées par des contribuables massifs, Morgan Stanley souligne que si Teslas ne brûle pas d'essence, il faut les facturer en utilisant de l'électricité produite par le charbon et d'autres combustibles fossiles.

C'est là que Tesla, en même temps que Guoxuan High-Tech en Chine, est à court.

"Alors que les véhicules électriques et les batteries au lithium fabriqués par ces deux entreprises contribuent effectivement à réduire les émissions directes de gaz carbonique des véhicules, il faut de l'électricité pour les alimenter", a déclaré Morgan Stanley. "Et avec leurs marchés primaires encore largement pondérés vers l'énergie fossile (72 % aux États-Unis et 75 % en Chine), les émissions de gaz carbonique de cette production d'électricité sont encore importantes".

En d'autres termes, «les émissions de carbone générées par l'électricité requise pour les véhicules électriques sont supérieures à celles économisées en réduisant les émissions directes des véhicules».

Morgan Stanley a calculé qu'un investissement de 1 million de dollars dans Solar Solar réalise chaque année près de 15 300 tonnes métriques de dioxyde de carbone. Pour Tesla, un tel investissement ajoute près d'un tiers d'une quantité métrique de gaz carbonique.

Ironiquement, comme nous l'avons souligné récemment, les crédits de Zero-Emission Vehicle (ZEV) (une façon plus agréable de dire que le bien-être corporatif financé par les contribuables) est à peu près le seul «produit» que Tesla semble faire de l'argent vendu et est la seule raison pour laquelle ils ont réussi à «battre» les gains au deuxième trimestre.

Je parle de véhicules à zéro émission, ou de ZEV, des crédits. La Californie et plusieurs autres États exigent qu'une certaine proportion des véhicules vendus par un constructeur automobile n'émet pas de gaz à effet de serre. Ces voitures gagnent les crédits des constructeurs automobiles, et s'ils n'ont pas assez pour faire face à leur quota, ils peuvent acheter d'autres de ceux qui le font. Comme Tesla ne fait que des véhicules qui fonctionnent sur des batteries et n'émettent rien, il a généralement un excédent à vendre.

La marge bénéficiaire est très élevée, peut-être 95 %. Le bénéfice implicite de 95 millions de dollars équivaut à environ 58 cents par action. Tesla a signalé une perte de 1,33 $ par action cette semaine - en battant le consensus prévu de 55 cents.

Ce n'est pas la seule fois où les crédits ZEV ont joué un rôle important pour Tesla. En ce qui concerne le début de 2013, la vente de crédits a donné aux bénéfices de Tesla un supplément de plusieurs trimestres, ce qui les prend probablement au-dessus des prévisions de consensus dans certains (sur une base implicite, en supposant que 95 % de la marge):

Bien sûr, le deuxième trimestre n'était pas la première fois que les crédits de ZEV jouaient un rôle important dans l'amorçage des flux de trésorerie de Tesla ...

Pensez-y pour un instant ... en tant que contribuables, nous subventionnons réellement un produit (et un milliardaire excentrique de la Silicon Valley) qui est mauvais pour l'environnement ...


jeudi 17 août 2017

Australie, Danemark, Allemagne, vie pour gagner le meilleur coût global d'électricité ! (C'est le prix Nobel ?)

August 17th, 2017 


Ce n'est même pas proche: si l'Australie méridionale est séquestrée, elle aura le prix le plus élevé de l'électricité de toute nation sur terre.

Les ménages australien australiens paient les prix les plus élevés au monde à 47,13 ¢ le kilowatt-heure, plus que l'Allemagne, le Danemark et l'Italie, qui taxent fortement l'énergie, après les énormes augmentations du 1er juillet, indique le service MarkIntell de Carbon + Energy Markets.

Lorsque le marché national de l'électricité des États de l'Est a été formé à la fin des années 1990, l'Australie affichait les prix de détail les plus bas aux États-Unis et au Canada, a déclaré Bruce Mountain, directeur du CME.

Le graphique du rapport Markintell:

Markintell, global electricity prices, graph, SA, NSW, VIC, Sweden, Denmark, Germany, UK, USA.

Markintell, prix de l'électricité à l'échelle mondiale, graphique, SA, NSW, VIC, Suède, Danemark, Allemagne, Royaume-Uni, États-Unis.
...
Hmm - étrange coïncidence du prix avec la pénétration de l'énergie éolienne:
L'énergie éolienne est «gratuite», mais la plus forte énergie éolienne est également la plus susceptible d'atteindre le sommet de la piscine pour l'électricité exorbitante. La pénétration de l'énergie éolienne est la plus élevée au Danemark (1er), portugaise (8ème), Irlande (6ème), Espagne (11ème), Allemagne (3ème). À l'inverse, la pénétration des énergies renouvelables est faible dans les endroits à la fin de la courbe des prix, comme le Luxembourg 6%, l'Estonie 15%, la Hongrie 7%, la Lituanie 15,5%. Nukes et Hydro. Nukes et Hydro.

Peut-être un message là-bas ?

Si l'Australie méridionale était sur le graphique de la pénétration du vent ci-dessous, il serait égal au deuxième à 30 %.

Wind energy, market penetration, generation percentage, international, chart.

Énergie éolienne, pénétration du marché, pourcentage de production, international, graphique.
...

Le coût de l'électricité n'est pas seulement déterminé par la quantité d'énergie éolienne en pourcentage de la grille. L'Australie dans son ensemble est un vent exceptionnel, 5%. En utilisant 83 % de sources de combustibles fossiles, il est situé à NSW, Victoria et Queensland, la plupart de l'électricité provient des combustibles fossiles. Le coût de l'électricité n'est pas seulement lié aux «énergies renouvelables», car l'hydroélectricité est peu coûteuse. Les pays avec beaucoup d'énergie hydroélectrique comme la Norvège ont des énergies renouvelables élevées mais des prix bas. Ce que nous ne pouvons pas trouver, c'est un seul pays avec une forte génération de vent et d'énergie solaire qui dispose également d'électricité bon marché.

Le prix Nobel conduit au Prix Nobel.

Lisez la suite pour savoir pourquoi l'Australie est un poisson tellement étrange.

Ce n'est pas seulement des énergies renouvelables en Australie, que le marché national de l'électricité est un cauchemar bureaucratique

Quelque chose de très sismique est arrivé à nos prix de l'électricité. Malgré 76 % de notre mélange total provenant de la production de charbon peu coûteuse, et seulement 10 % ou moins provenant d'énergies renouvelables intermittentes, nos prix ont doublé. Comme le dit Judith Sloan, notre NEM "est une folie complète": (l'australien)

Le NEM exploite l'un des systèmes d'alimentation interconnectés les plus longs au monde. Il couvre un total de 5000 km de Port Douglas dans le Queensland à Port Lincoln en Australie du Sud, avec 40 000 km de lignes de transmission.

Les faiblesses de NEM: c'est un système très long et faiblement connecté qui ne fournit pas les conditions sous-jacentes idéales pour l'exploitation efficace et transparente du marché de l'électricité. La pénétration des énergies renouvelables, ainsi que leur accès préférentiel au NEM, ont rendu cette faiblesse encore plus apparente.

Le NEM n'est pas un marché libre, il est tellement trop réglementé avec des couches étatiques et fédérales et des comités de comptoir pour annuler ou surpasser les uns les autres que tout signal de prix normal est perdu.

NEM, une caractéristique exceptionnelle est la prolifération des organismes de réglementation. Il existe la Commission australienne du marché de l'énergie, l'Australian Energy Regulator, l'Australian Energy Market Operator et le Clean Energy Regulator. Le Energy Security Board, l'un des systèmes de gestion de l'énergie les plus utilisés dans le monde.

L'équilibre de l'équation est le même. L'absorption forcée des énergies renouvelables intermittentes doit certainement faire de l'ensemble du système une bête beaucoup plus complexe, et les génératrices jouent à cette volatilité. Dans ce cas, même le gouvernement du Queensland est en acte:

Le gouvernement du Queensland essaie également de détruire le NEM en demandant à l'un de ses générateurs, mais pas à l'autre, de descendre aux heures de pointe. Je pense que ce gouvernement a été plus qu'heureux de récolter les dividendes excessifs produits par les jeux du système par ces générateurs.

Les clients se font défoncer par tout le monde:

Certains des plus grands acteurs [privés] se comportent de manière double et autonome, l'exemple le plus flagrant étant l'AGL. Tout ce qui concerne la commercialisation de l'engagement envers les énergies renouvelables, tandis que le charbon et le gaz représentent 93 % de sa production d'électricité.

L'autre problème est la complexité et les clients ne veulent pas changer
Les grandes sociétés proposent de gros rabais pour que les clients puissent passer alors à augmenter les charges un peu plus tard. (AFR)

"... les grands détaillants se contentent de laisser les clients échapper aux rabais profonds qu'ils ont attirés après un an ou deux, et sur une offre coûteuse ou une réduction beaucoup plus petite.

Punir les clients fidèles

Le chef de l'exécutif d'AGL Energy, Andy Vesey, a admis l'année dernière que les grandes compagnies d'électricité étaient coupables de punir leurs clients les plus fidèles de cette façon, mais a déclaré que AGL abandonnait la pratique.

Le président de la Commission australienne de la concurrence et de la consommation, Rod Sims, a déclaré la semaine dernière qu'il voulait aider les consommateurs à trouver de meilleures offres et à réduire les obstacles aux nouveaux entrants pour réduire le pouvoir de marché d'AGL, Origin Energy, EnergyAustralia et du duopolie du pouvoir appartenant à l'État du Queensland ".

M. Mountain a déclaré que les factures de puissance sont construites de manière aussi complexe que les clients ordinaires sans tableaux de calcul sophistiqués et compétences analytiques ont peu d'espoir d'analyser des offres concurrentes à déterminer qui leur offre la meilleure offre.

Les sites de comparaison privés ne comprennent pas toutes les offres de marché et les détaillants de frais pour changer de client, tandis que les sites Web offerts par l'Australian Energy Regulator et le gouvernement victorien ne fournissent pas les outils dont les clients ont besoin pour discriminer les offres.

Il n'y a pas de marché gratuit pour l'électricité en Australie. Si un groupe vient de construire une usine à charbon et a aligné des clients libres et consentants prêts à payer pour 100% d'électrons à base de combustibles fossiles, ce serait violer la loi. Si les clients peuvent acheter de l'énergie propre, pourquoi ne peuvent-ils pas choisir «l'énergie fertilisante» ?

CONTEXTE: Dans l'ensemble, l'UE utilise environ 50 % de chaleur, 25 % de nucléaire, 12% d'hydroélectricité, 10 % de vent et 4 % d'autres". La répartition par source de génération est représentée graphiquement (maladroitement) ici:




H / t Bob FJ, StopTheseThings. Markintell Research, 2017.

Les 4 moteurs pour améliorer votre vie. A vous de choisir

Charles Dereeper 


En ce qui concerne l'IA, il n'y a pas de danger tant que les paramètres ne viennent pas des dictatures qui se dédoublent en des robots. Rappel très important qu'il n'y a QU'UN SEUL PAYS au monde en DÉMOCRATIE !!*
Ce seul pays est: La Suisse.

Qu'est-ce que la Démocratie ? La Démocratie c'est le Peuple qui gouverne. Càd que le Peuple propose SES propres lois et vote SES propres lois !

* A ne pas confondre avec les 'partis démocrate' dans le monde (hahahaha !) qui eux sont CONTRE la Démocratie.

http://www.objectifeco.com/entreprendre/excellence-humaine/les-4-moteurs-pour-ameliorer-votre-vie-a-vous-de-choisir.html

Antarctique - 91 volcans trouvés par hasard sous le réchauffement des glaciers "en raison du changement climatique"

Antarctica, Warming, Climate Change, volcanoes, West Antarctic, glaciers melting.August 15th, 2017 


C'est peut-être la plus forte concentration de volcans au monde, soit jusqu'à 4 km et nous ne savions même pas que cela existait récemment. Malgré cette ignorance écrasante, nous sommes 97,00 % certains que tout le réchauffement en Antarctique est dû à votre voiture et à votre climatiseur. Robin McKie, The Guardian writer, parle de la découverte récente de tant de volcans sous la glace. Il n'est pas surprenant que nous ne disposions pas de données sur l'activité de ces volcans. Cependant, parce que nous savons que * le changement climatique détruit définitivement l'Antarctique, il s'ensuit que votre voiture, votre climatiseur et votre animal de compagnie pourraient faire fondre plus de glace, retirer la pression de la plaque tectonique et la régler. Ensuite, les choses vont vraiment sortir de la main.

Quoi qu'il en soit, c'est simplement un hasard que tout le réchauffement en Antarctique est l'endroit où se trouvent les volcans.

From The Guardian: Les scientifiques découvrent 91 volcans sous la couche de glace antarctique

Les scientifiques ont découvert la plus grande région volcanique de la Terre - deux kilomètres sous la surface de la vaste nappe de glace qui couvre l'Antarctique de l'Ouest.

Le projet, réalisé par des chercheurs de l'Université d'Édimbourg, a révélé près de 100 volcans, avec le plus haut niveau de taille que l'Eiger, qui atteint près de 4 000 mètres en Suisse.

Les géologues disent que cette région énorme est susceptible de nier celle de la crête volcanique de l'Afrique de l'Est, qui a actuellement évalué la plus forte concentration de volcans dans le monde.

Ces volcans récemment découverts sont en hauteur de 100 à 3 850 mètres. Tous sont couverts de glace, qui se trouvent parfois dans des couches de plus de 4 km d'épaisseur dans la région. Ces pics actifs sont concentrés dans une région connue sous le nom de système de faille antarctique de l'Ouest, qui s'étend à 3 500 km de la plate-forme de glace de l'Antarctique à la péninsule antarctique.

Qui est responsable de la lave ?

mercredi 16 août 2017

La crevette d’élevage asiatique : un eldorado risqué

le 16 août 2017


Lors d’un séjour en Thaïlande il y a une douzaine d’années j’eus le loisir de satisfaire ma curiosité en allant flâner autour d’élevages de crevettes. La Thaïlande est bien connue pour sa production massive de riz à la faveur de trois récoltes par an et avec le tourisme le riz représente une part importante des entrées de devises étrangères dans le pays. Mais les agriculteurs se sont rendu compte que si la configuration de leur rizière s’y prêtait il était infiniment plus lucratif de transformer les paddies en bassins pour y élever des crevettes. Il suffit de pomper de l’eau de mer si l’exploitation agricole n’est pas trop éloignée de la mer et d’oxygéner le paddy à l’aide jets qui propulsent un peu d’eau dans l’air. Reste un détail qui échappe aux consommateurs occidentaux car la Thaïlande est devenue avec les années le premier exportateur de crevettes du monde : la nourriture offerte à ces crustacés naturellement détritivores. Ils mangent tout simplement de la merde et je pèse mes mots. 

Des sociétés peu scrupuleuses conditionnent n’importe quoi, depuis les déchets des restaurants et des grands magasins jusqu’aux résidus des abattoirs de poulets et de porcs pour les transformer en granulés auxquels ont été ajoutés des cocktails d’antibiotiques et de fongicides pour produire des crevettes qui figureront sur la carte des restaurants européens. Les mauvaises langues prétendent même que les fientes des élevages de poulets servent également de nourriture aux crevettes, ce qui est possible sinon probable …

Depuis cette visite je n’ai plus jamais mangé de crevettes … Avec une quinzaine d’années de retard les riziculteurs vietnamiens du delta du Mékong ont copié leurs collègues thaïlandais et cette région au biotope fragile est maintenant un producteur industriel de crevettes. Non seulement les rizières ont été reconverties mais des bassins ont été créés de toute pièce dans les mangroves. Or les palétuviers sont essentiels pour la stabilité de cette région qui est une immense plaine alluviale facilement sujette à l’érosion et un écosystème fragile. L’irrigation intensive durant la saison sèche a entrainé une augmentation de la teneur en sel des paddies et un grand nombre de riziculteurs se sont reconverti à l’élevage de crevettes beaucoup plus lucratif que la production de riz. Le gouvernement vietnamien tente de contrôler l’extension de cet élevage mais les entrées de devises ont eu leur dernier mot dans le débat et c’est peut-être le futur du delta du Mékong qui pourrait en subir les conséquences …

Source IUCN, illustration AFP

lundi 14 août 2017

Victoria Grant (Canada) - 2013



and

Quelle que soit la racaille au pouvoir ou dans la candidature aux présidentielles, AUCUNES de ces traitres qui 'parleraient au nom du Peuple' n'a jamais proposer la Démocratie ! Et pour cause: La Démocratie c'est le Peuple qui propose SES propres idées et vote SES propres idées. Combien y a t-il de Démocraties dans le monde ? UNE ! UNE SEULE ! La Suisse.
Qui a cité la Suisse en pays exemplaire lors de ses meetings ? Zéro !

https://huemaurice5.blogspot.fr/2012/06/reveillez-vous.html

La France, championne du monde de la censure sur Internet


dimanche 13 août 2017

Traits mal du jour

Il y a des dizaines de milliers d'avions qui volent par jour dans cette région, des milliers passent exactement à cet endroit et... pourquoi n'y a t-il pas des dizaines de milliers de chemtrails dans le ciel ?

LOST JUNCTION - Neve Campbell, Billy Burke, Jake Busey


(Jake Busey jouait dans 'ULTIMATE ENDGAME' avec Abigail Breslin).
https://www.youtube.com/watch?v=VK6AC6pfAo8&t=4498s

samedi 12 août 2017

Vers 100 % d’électricité nucléaire en 2050 ?

L’électricité nucléaire, championne en matière de production d’énergie et d’environnement depuis plus de 40 ans, devrait être au cœur des missions confiées à l’ADEME.

Par Michel Gay.

L’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME), qui a publié en 2015 l’étude « Un mix électrique 100 % renouvelable en 2050 ? », aurait dû publier en même temps l’autre cas d’école «Vers 100 % d’électricité nucléaire en 2050 ?».

L’ADEME fourmillant d’experts doit pouvoir travailler sur ce sujet. Le citoyen français est en droit d’attendre cet équilibre des points de vue de la part d’une agence publique d’un pays où le nucléaire, fleuron de notre économie, produit les trois quarts de notre électricité de façon sûre et bon marché. Et peut-être pour longtemps.

L’ADEME A-T-ELLE PEUR ?

L‘électricité nucléaire, championne en matière de production d’énergie et d’environnement depuis plus de 40 ans, devrait être au cœur des missions confiées à l’ADEME. Cette dernière semble pourtant en avoir peur. Et cette peur est mauvaise conseillère pour guider ses choix censés définir le futur paysage énergétique durable, efficace et propre pour la France.

Malgré les campagnes de désinformations après l’accident de Tchernobyl et le tsunami de Fukushima (dont la centrale nucléaire de Daiishi n’a fait aucune victime mais dont le tsunami dévastateur a provoqué prés de 20 000 morts), le nucléaire se développe dans le monde. Plus de 70 nouveaux réacteurs sont en construction sur la planète. Mais un seul est en construction en France, et aucun en Allemagne, championne de la peur du nucléaire.

3 RAISONS DE CHOISIR LE NUCLÉAIRE

À côté du cas d’école « 100 % renouvelable », l’autre cas d’école « 100 % nucléaire » aurait dû avoir lui aussi toute sa place. Et pour au moins trois raisons :

1) l’électricité nucléaire est aujourd’hui la moins chère (autour de 42 €/MWh1 si on en croit le tarif de revente par EDF à ses concurrents, et entre 33 et 59,8 €/MWh selon les rapports 2013 et 2014 de la Cour des Comptes). Elle le sera encore en 2050 car elle n’est pas intermittente, ne nécessite pas de stocker l’électricité. Elle assume aussi les coûts du  système de régulation du réseau électrique national et européen ;

2) elle n’émet pas de gaz à effet de serre, améliore la sécurité énergétique et apporte une meilleure indépendance nationale ;

3) le nucléaire «durable» pour plus de mille ans fera son apparition en 2050 avec les premiers réacteurs surgénérateurs, même si l’ADEME l’oublie (une étourderie sans doute).

PAS DE COÛTS CACHÉS

La Cour des comptes a dissipé en 2012 les prétendus « coûts cachés » du nucléaire en montrant que tous les coûts passés (notamment ceux de la recherche électronucléaire publique depuis 1957), ainsi que tous les coûts futurs de démantèlement et de gestion des déchets ont déjà été payés par les consommateurs (plus de 40 milliards d’euros ont déjà été provisionnés par les industriels).

Ce même rapport situe le coût de production de l’éolien terrestre entre 62 et 102 €/MWh et le photovoltaïque entre 114 et 547 €/MWh (sans les coûts de stockages). Le consommateur, via la Contribution au Service Public de l’Electricité (CSPE), va continuer à payer l’électricité produite par les premiers capteurs solaires installés par des particuliers en 2009 au prix de… 630 €/MWh (!), jusqu’en 2029, soit environ 15 fois le coût du nucléaire !

Le consommateur exige du courant quand il en a besoin. Aujourd’hui, des productions éoliennes et solaires décalées par rapport à la demande d’électricité ne trouvent pas acquéreurs en Allemagne.

La solution proposée : stocker l’électricité renouvelable. Mais personne ne sait le faire à l’échelle d’un pays.

L’énergie nucléaire est une énergie durable, décarbonée, propre, abondante, pilotable et bon marché.

Et si en 2050, l’ADEME visait 100 % d’électricité nucléaire pour la France ?

1) MWh : mégawattheure, ou million de wattheures, ou millier de kilowattheures. 

vendredi 11 août 2017

Planet Earth: problèmes sérieux

31.07.2017


Même face à la crise environnementale évidente et notoire, une partie considérable de l'humanité considère encore la Terre comme une "espèce" infinie; C'est-à-dire qu'ils comprennent que les ressources naturelles et énergétiques contenues dans la nature et qui soutiennent l'activité de la production économique ne sont pas épuisables et que les services écosystémiques dont dépend la vie humaine sont là pour servir nos abus débridés.

Marcus Eduardo de Oliveira

Pendant longtemps, les hommes des temps modernes, appelés hommes modernes, ont regardé la Terre comme une sorte de tronc inépuisable, dont la matière et l'énergie peuvent être dessinées en quantité suffisante pour satisfaire les désirs et les désirs de la consommation matérielle. Même aujourd'hui, surtout en raison de la force dominante du marché économique, la Terre continue d'être traitée uniquement comme une source et un puits sans fond: elle est une source de ressources naturelles et énergétiques, et c'est un foyer où les déchets sont éjectés de la production le processus est éliminé.

Intérêts économiques et de marché

Ainsi, en réduisant la Terre aux intérêts du marché économique, l'humanité, avec sa stupide manie consumériste, «nourrit» la production industrielle mondiale à un rythme toujours plus étouffant. Il stimule la production industrielle contre la préservation de l'environnement, dépassant les limites planétaires. C'est pourquoi l'affirmation actuelle que nous créons un monde à part est valide; Un monde qui ressemble plus à un hypermarché colossal. Il semble même que nous soyons sur une planète de commodité où tout est extrait / produit / consommé / rejeté de tout, toujours à une vitesse effrayante. C'est précisément pour cette raison que la terre est dite malade, malade et faible. De là vient l'expression bien connue "les gémissements" de la Terre.

Pour glorifier la société de consommation, miroir du capitalisme avancé, une partie considérable de l'humanité a utilisé et abusé des conditions de soutien que la Terre peut offrir, comme si elle était infinie.

Le paradigme de la conquête, une notion développée par les plus riches (20% de la population mondiale), est de plus en plus dirigé vers l'accumulation matérielle et continue d'être considéré comme synonyme de progrès humain. Le problème est que cette action obscurcit la vision de la destruction de l'environnement et la rupture met la corde autour de notre cou; C'est-à-dire qu'il nous laisse au bord de la survie.

C'est une erreur de prendre plus que la Terre renouvelle

En raison notamment de la cupidité consumériste de certains, il est vrai que l'une des plus grandes erreurs de l'humanité a été de prendre plus que la Terre renouvelle.

Deux cents ans après le début de l'industrialisme, lorsque l'humanité a commencé à utiliser les ressources du système écologique à plus grande échelle, l'homo sapiens n'a pas respecté les limites environnementales et n'a même pas laissé de temps pour la régénération de la nature.

La politique économique établie par les pays les plus industrialisés a depuis soumis la nature et l'environnement aux intérêts productifs et économiques. Avec cela, nous avons pu montrer notre incapacité totale à gérer la Terre, et pour cette raison, nous compacons une situation insidieuse de conflit-confrontation avec la nature.

Sans effort, il est possible de prouver notre incapacité à traiter avec la nature: au cours des 50 dernières années, nous avons réussi à nous rapprocher de l'épuisement de 60% des principaux services écosystémiques; Nous avons perdu 35% des mangroves, 40% des forêts et 50% des zones humides. Nous avons fait entre 10% et 30% des espèces de mammifères, oiseaux et amphibiens disparaître de notre point de vue pendant cette période.

À l'heure actuelle, les stocks de poissons sont 80% plus petits et la superficie cultivée de la planète a couvert 25% de la surface terrestre. Dans le monde, les forêts se réduisent à plus de neuf millions d'hectares par an. Dans 25 pays, ils ont complètement disparu, et dans 29 autres pays, plus de 90% de la couverture forestière a été perdue.

Situation au Brésil

Ici, dans notre vaste terrain qui envisage encore 20% de toute la biodiversité de la planète, les choses ne sont pas très différentes. Le Brésil a déjà détruit 88 % de la forêt Atlantique, et maintenant c'est la forêt amazonienne qui est détruite. D'autres biomes brésiliens sont également détruits par une action anthropique répondant aux exigences de la croissance économique: 54 % de la Caatinga, 45 % de la Pampa, 49 % du Cerrado, 20 % de l'Amazonie et 15 % du Pantanal.

Il n'y a nulle part où courir. Nous devons reconnaître que nous sommes en fait des agents potentiels de destruction écologique et de changement planétaire. James Lovelock, le créateur de Gaia Theory, met son doigt sur la plaie et souligne que «nous sommes devenus une infection de la Terre pour un temps long et incertain lorsque nous avons utilisé le feu et les outils délibérément, mais ce n'était rien d'autre. Il y a deux cents ans, la longue période d'incubation s'est terminée et la révolution industrielle a commencé, l'infection de la Terre est ainsi devenue irréversible.

Face à tout cela, il semble même difficile de réfuter la considération de Pascal Picq, paléoanthropologue du Collège de France: "quelque chose ne fonctionne pas bien sur Terre et ce qui ne marche pas, c'est l'homo sapiens".

mercredi 9 août 2017

Crise climatique : Trop de gaz carbonique nuira à la santé humaine selon des pseudo-chercheurs d’Harvard !



le 8 août 2017


Un de mes lecteurs (et commentateur) assidu m’a signalé il y a quelques jours une dépêche de l’Agence France Propagande (AFP) relatant des travaux liés à l’incidence du gaz carbonique sur la qualité nutritive du blé, du riz et de quelques autres grandes cultures. Je cite les quelques premières lignes de cette dépêche ainsi que le titre (capture d’écran) :

Fort heureusement il y a le verbe pouvoir au conditionnel qui lave de tout soupçon de propagande le journaliste qui a rédigé cette dépêche ! De plus il ne s’agit pas d’une recherche comme l’indique ce pamphlet (la dépêche de l’AFP mais aussi l’article lui-même sont des pamphlets) mais d’une compilation bibliographique relative à l’effet du gaz carbonique sur la croissance des plantes. je me suis donné la peine d’accéder à l’article en question qui a eu l’air d’émouvoir le journaliste de l’AFP. Cet article est en accès libre (pour la bonne cause climatique !) et n’est qu’une coquille creuse sans aucun fondement scientifique ni aucun travail expérimental quel qu’il soit. Voici le lien pour les lecteurs curieux qui désireraient se faire une petite idée de la supercherie : https://doi.org/10.1289/EHP41
Capture d’écran 2017-08-05 à 17.34.12.png
Il est bien connu que lorsqu’un maraîcher enrichit l’atmosphère de ses serres avec du gaz carbonique les plantes poussent beaucoup plus vite et ceci d’autant plus que ce même maraîcher procure beaucoup d’engrais azoté à ses plantes. C’est très simple à comprendre et il s’agit du fonctionnement de l’enzyme fixant le gaz carbonique communément appelé RUBISCO. Cet enzyme apparut au cours de l’évolution des premiers êtres vivants – au tout début les algues et le phytoplancton – lorsque l’atmosphère terrestre était infiniment plus riche en gaz carbonique qu’aujourd’hui. La photosynthèse aidant l’atmosphère s’est progressivement enrichi en oxygène. Or l’oxygène interfère directement avec le mécanisme de fixation du gaz carbonique par la RUBISCO. L’oxygène, pour faire simple, est un inhibiteur de cet enzyme. Dès lors quand un maraîcher enrichit sa serre en gaz carbonique (jusqu’à 800 ppm) il accélère le fonctionnement de la RUBISCO.

Dans l’article cité (doi ci-dessus) quelques études ont montré que la valeur nutritive des plantes de grande culture en C3, essentiellement les graminées mais aussi le soja, diminuait quand elles étaient cultivées sous serre et en atmosphère enrichie en gaz carbonique alors que ces conditions n’affectent pas les plantes en C4. Je ne voudrais pas que mes lecteurs croient que je vais les « enduire d’erreur » et que ce billet est encore complotiste et anti-climatique en parlant de plantes en C4 et en C3 ainsi je vais brièvement expliquer de quoi il en retourne précisément car il faut entrer quelque peu dans les détails pour comprendre le problème – présent ou futur d’ailleurs – du gaz carbonique pour les cultures vivrières qui n’en est pas un. Il existe trois voies métaboliques pour fixer le gaz carbonique, en premier lieu le système dit « cycle de Calvin et Benson » faisant directement intervenir la RUBISCO chez les plantes en C3 dont le blé, le riz ou encore l’orge qui produit après incorporation du gaz carbonique deux molécules de phosphoglycérate avec 3 atomes de carbone dont l’une va être recyclée :

En raison de la compétition entre le gaz carbonique et l’oxygène au niveau de cet enzyme, le plus abondant sur la planète Terre, au cours de l’enrichissement de l’atmosphère en oxygène certaines plantes ont développé un autre système de capture du gaz carbonique appelé C4 qui a mis en place une compartimentation du fonctionnement dans la structure des feuilles afin de protéger en quelque sorte la RUBISCO de l’oxygène. C’est tout à fait ingénieux et l’une des grandes cultures vivrières en C4 est le maïs. Le gaz carbonique est incorporé à un autre métabolite (le phospho-enol-pyruvate qui est constitué de 3 atomes de carbone pour produire de l’oxaloacétate) dans le compartiment de la feuille exposé au gaz carbonique et à l’oxygène via les stomates des feuilles puis qui est transporté dans l’autre compartiment, celui-là très peu exposé à l’oxygène où le gaz carbonique qui a été transporté sous forme, donc, d’un intermédiaire métabolique, cette fois le malate comportant 4 atomes de carbone (d’où la classification métabolique C4), va finalement être assimilé dans le même cycle de Calvin et Benson après élimination du COO- de ce malate et cette dernière étape est également insensible à la lumière. Dans les deux processus il faut beaucoup d’énergie qui est apportée par les photons lumineux.

Le fait d’affirmer qu’une augmentation de la teneur atmosphérique en gaz carbonique pourrait affamer ou affecter la santé de millions de personnes (pourquoi pas des milliards pendant qu’on y est …) est une pure stupidité et une malhonnêteté scientifique puisque l’argument de l’article en question n’est fondé que sur le fonctionnement des plantes dites en C3, blé, riz et autres céréales du même type métabolique. Il est opportun de rappeler encore ici que le maïs n’est pas une céréale en C3, le terme céréale étant utilisé ici au sens large.

Reste un troisième mécanisme de fixation du gaz carbonique dit CAM et l’une des plantes représentatives en est l’ananas. Il ressemble de par sa compartimentation dans les feuilles charnues à celui des plantes en C4 mais la fixation du gaz carbonique s’effectue la nuit et la suite des étapes métaboliques requérant de l’énergie a lieu durant le jour lorsque la photosynthèse fonctionne. Ces plantes, les crassulacées, ont inventé cette technique pour au final protéger également la RUBISCO de l’oxygène.

Pour conclure ce billet plutôt critique il faut retenir un fait : plus il y a de gaz carbonique mieux les plantes poussent et elles poussent d’autant mieux que l’agriculteur leur fournit également de l’azote sous forme d’engrais. L’arrière-pensée de cet article pondu par des scribouillards de l’Université d’Harvard est que l’usage d’engrais azoté serait un non-sens environnemental encore plus critique au fur et à mesure que la teneur en gaz carbonique atmosphérique augmente. J’en suis resté rêveur malgré le fait que la production d’engrais azoté (nitrate d’ammonium) est grande consommatrice d’énergie … Ce qui est aussi consternant est que les impôts que paient les contribuables servent à financer de telles « recherches » totalement ineptes et dénuées de toute signification scientifique soit dit en passant parce qu’elles sont de près ou de loin liées au « changement climatique d’origine humaine », vraiment n’importe quoi !

Note : Je rappelle à mes chers lecteurs que le « gaz carbonique » (CO2) est l’aliment essentiel des plantes et du phytoplancton. Sans plantes ni phytoplancton pas de vie sur terre, c’est aussi simple que cela. Pour les anglophones qui suivent l’actualité « climatique » le Docteur Istvan Marko, docteur en chimie, enseignant à l’Université libre de Louvain, est décédé la semaine dernière d’un arrêt cardiaque et que toute la communauté climato-sceptique lui rend hommage pour son action pondérée et argumentée envers l’organisation (IPCC) qui a promu le réchauffement climatique lié à l’augmentation du gaz carbonique atmosphérique comme la préoccupation majeure de l’humanité et voici ce qu’il déclarait en 2015 en marge de la COP21 : https://youtu.be/ohYGZG0y7dM